Originaire des Basses-Laurentides, mon univers créatif est inspiré par la singularité de ses espaces et de ses habitants. En photographie, je porte une attention particulière aux manières dont chacun foule le sol de son environnement immédiat, dont il le domestique, avec une préférence pour les aspects les plus singuliers, les plus particuliers de l’habitable. Le vernaculaire cache une partie de son mystère et ne cesse de me fasciner. La qualité d’impénétrabilité semble être au cœur même de son essence.

 

Mon travail photographique est une prise de position sur le réel, un enchevêtrement de liens intimes, formels, narratifs et fantasmés. Une manière de saisir l’indomptable fascination, le trouble, que j’éprouve lorsque je suis en contact avec le monde. Très vite, ce travail devient indissociable d’une histoire à la fois fictive et réelle, une sorte de catharsis où la chair moite du fantasme se déploie en objet animé, vif.

 

Ce qui relie mes images entre elles est la perplexité, le doute et l’inconfort qu’elles font résonner en nous. Les images évoquent un espace insaisissable entre soi-même et l’environnement immédiat.

 

La rencontre est au cœur de ma démarche photographique, car elle implique une prise de risque, un danger, un espace indéfinissable duquel je peux créer, m’approprier à l’infini.  La rencontre, qu’il s’agisse de celle d’un lieu ou de l’humain, est une manière de connecter des points, de découvrir des interstices précieux, de provoquer la surprise, l’inconfort, l’écartèlement, mais aussi la joie et la contemplation.