Espace périphériques 2017

Espaces périphériques interroge le vernaculaire, les espaces communs et inhabités, l’intangible, le sublime. Ce dernier terme étant absolument galvaudé et souvent maltraité, il est la pierre angulaire de mes préoccupations photographiques, car il est tout à la fois une chose et son contraire : le tableau noir immaculé et les ongles qui s’y grisent. J’utilise l’image comme sensation, comme vecteur de sens sans en imposer aucun, sinon le trouble que l’on peut ressentir au contact des choses et des êtres. Mes recherches se concentrent sur l’angle particulier de prise de vue afin qu’il ne soit jamais convenu ni rassurant en mettant l’accent sur les dimensions cachées ou mal aimées des sujets dans la composition photographique. L’amateurisme de mon appareil photo, le flash cru et la pellicule bon marché participent à renforcer la dimension de familiarité des photographies tandis que le propos, insaisissable, tend à briser ou contredire les lieux communs.

 

Les photographies sont composées de façon à surprendre, à mystifier, à déstabiliser, en jouant avec des contrastes formels tels que la rondeur et l’angularité, ou par des sensations s’opposant comme le mou et le dur, le chaud et le froid, le net et le flou… Les images sont reliées entre elles par une mise en tension du commun et de l’ignoble et suscitent tour à tour le confort et l’inconfort. Bien que les photographies présentent des sujets familiers, voire du quotidien, l’accent est souvent placé là où on s’y attend le moins et amène la personne qui regarde à s’interroger sur la nature de ce qu’elle voit et la laisse parfois avec un irrépressible sentiment de trouble, de doute. L’impression de snapshots en grand format participe à valoriser ce qui ne mériterait pas de l’être, sorte de magnification de la banalité. Je joue avec les dimensions imaginaires et laisse place à l’interprétation, le jeu, le questionnement, en amenant une dualité entre ce qui est montré et ce qui ne l’est pas. L’ensemble donne à voir un jeu de pistes labyrinthiques et inabouties où les gens sont invités à trouver des indices afin de former une histoire cohérente, mais où rien n’est finalement résolu.