Katia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo InterpellationsKatia Gosselin, série photo Interpellations

Interpellations 2010-2011

NATURE DU PROJET

Ce projet implique diverses composantes de la langue signée: expressivité du visage, durée du signe dans le temps, position du signe dans l’espace, position des mains, orientation des yeux, etc. Par le retrait de certaines composantes, je modifie plusieurs dimensions expressives reliées à la compréhension du signe. Ce dernier morcelé, la gestuelle devient le sujet.

 

Perception-réception

Dans Interpellations, la photo est utilisée comme une structure permettant l’expérience de l’archétype, une transgression de la réalité. Le sujet, la personne représentée sur la photo, n’est plus dans la représentation d’elle-même mais devient une structure de représentation. Chaque spectateur reçoit une image différente car elle s’adresse à son affect. En cela, mon projet rejoint l’idée de l’archétype telle que décrite par Jung: «En soi, l’archétype est selon (Jung) «schizoïde», c’est-à-dire qu’il transgresse la réalité psychique, évoluant dans sa forme inconsciente et indéterminée, dans un non-lieu où existe et règne la synchronicité. (…) L’Individu ne peut connaître de l’archétype que ce qu’il manifeste objectivement.»

Ainsi, mes photographies s’imposent comme une structure. Le sujet qui ne peut pas se projeter dans un archétype, y voit en réalité sa propre psyché transférée dans le sujet. La photo devient alors une représentation du spectateur. Il devient le sujet de mon œuvre, car mon œuvre est «à la fois matrice d’images dans le champ de l’inconscient, condition de possibilité par rapport à l’expérience, structure métaphysique dans le royaume réel de l’âme.»

 

LIEUX DE DIFFUSION

Interpellations a été présenté dans sa totalité à la Maison de la culture Maisonneuve de Montréal du 27 octobre au 27 novembre 2011, au Centre culturel franco-manitobain de Winnipeg du 23 août au 14 octobre 2012 et à la Maison de la culture de Verdun du 5 juin au 19 juillet 2013 . Un catalogue d’exposition a été tiré à 80 exemplaires (Éditions d’Adrénaline) et est disponible à la BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec), à la bibliothèque publique du Mile-End à Montréal et chez Formats, la librairie du RCAAQ (Regroupement des Centres d’Artistes Autogérés du Québec).

 

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES

Cette série est composée de 23 estampes numériques imprimées sur papier coton Somerset satin photo de 74 x 112 cm chacune et se dispose directement au mur à l’aide de 6 aimants (1 aux 4 coins et 1 au milieu des bordures droite et gauche). Interpellations se présente en tout ou en partie et nécessite environ 19 m de mur courant pour être présenté dans sa totalité.

 

CBC logo CBC Radio 1

Téléchargez REVIEW mp3 (Julia Caron – Quebec A.M.)

18 juillet 2014